Infection urinaire : traitement naturel pour soigner la cystite

Infection urinaire : traitement naturel pour soigner la cystite
4.8 (95.48%) 31 votes

Les infections urinaires touchent des millions de personnes chaque année.

Bien qu’ils soient traditionnellement traités avec des antibiotiques, il existe aussi de nombreux remèdes maison qui les aident à les traiter et à prévenir leur réapparition.

Qu’est-ce qu’une infection des voies urinaires ?

Une infection des voies urinaires (IVU) est une infection qui affecte n’importe quelle partie des voies urinaires, y compris les reins, les uretères, la vessie ou l’urètre (1).

Les bactéries de l’intestin sont la cause la plus fréquente des infections urinaires, mais les champignons et les virus peuvent aussi causer une infection (1).

Les deux souches de bactéries Escherichia coli et Staphylococcus saprophyticus représentent environ 80% des cas (2).

Les symptômes courants de l’infection urinaire comprennent (1) :

  • Une sensation de brûlure en urinant
  • Miction fréquente
  • Urine trouble ou foncée
  • Urine à forte odeur
  • Une sensation de vidange incomplète de la vessie
  • Douleur pelvienne

Bien que les infections urinaires puissent toucher n’importe qui, les femmes sont plus sujettes aux infections. C’est parce que l’urètre, le tube qui transporte l’urine hors de la vessie, est plus court chez les femmes que chez les hommes. Les bactéries pénètrent ainsi plus facilement dans la vessie et y accèdent plus facilement (2).

En fait, près de la moitié de toutes les femmes connaîtront une infection urinaire à un moment donné de leur vie (3).

Les antibiotiques sont utilisés pour traiter les infections urinaires et sont parfois utilisés à de faibles doses à long terme pour prévenir la récidive (4).

Il existe également plusieurs moyens naturels de se protéger contre les infections et de réduire le risque de récidive.

Sans plus tarder, voici les six principaux remèdes maison pour combattre l’infection urinaire.

1. Buvez beaucoup de liquides

L’état d’hydratation a été lié au risque d’infection des voies urinaires.

C’est parce que la miction régulière peut aider à éliminer les bactéries des voies urinaires pour prévenir l’infection (5).

Une étude a examiné des participants ayant des cathéters urinaires à long terme et a constaté qu’un faible débit urinaire était associé à un risque accru de développer une IVU (6).

Une étude de 2003 a examiné 141 filles et a montré qu’un faible apport en liquides et une miction peu fréquente étaient tous deux liés à des IVU récurrentes (7).

Dans une autre étude, 28 femmes ont auto-surveillé leur état d’hydratation à l’aide d’une sonde pour mesurer leur concentration urinaire. Ils ont constaté qu’une augmentation de la consommation de liquides a entraîné une diminution de la fréquence des infections urinaires (8).

Pour rester hydraté et satisfaire vos besoins en liquides, il est préférable de boire de l’eau tout au long de la journée et toujours quand vous avez soif.

2. Augmenter l’apport en vitamine C

Certaines données indiquent qu’une augmentation de votre apport en vitamine C pourrait vous protéger contre les infections des voies urinaires.

On pense que la vitamine C agit en augmentant l’acidité de l’urine, tuant ainsi les bactéries qui causent l’infection (9).

Une étude réalisée en 2007 sur les IVU chez les femmes enceintes s’est penchée sur les effets de la prise de 100 mg de vitamine C par jour.

L’étude a révélé que la vitamine C avait un effet protecteur, réduisant le risque d’infections urinaires de plus de la moitié chez les personnes prenant de la vitamine C comparativement au groupe témoin (10).

Une autre étude s’est penchée sur les facteurs comportementaux qui influent sur le risque d’infections urinaires et a révélé qu’un apport élevé en vitamine C diminue le risque (11).

Les fruits et légumes sont particulièrement riches en vitamine C et sont un bon moyen d’augmenter votre consommation.

Les poivrons rouges, les oranges, les pamplemousses et les kiwis contiennent tous la quantité recommandée de vitamine C en une seule portion (12).

3. Buvez du jus de canneberges non sucré.

Boire du jus de canneberge non sucré est l’un des remèdes naturels les plus connus contre les infections des voies urinaires.

Les canneberges agissent en empêchant les bactéries d’adhérer aux voies urinaires, prévenant ainsi les infections (13, 14).

Dans une étude récente, des femmes ayant des antécédents récents d’infections urinaires ont bu une portion de 240 ml (8 oz) de jus de canneberge chaque jour pendant 24 semaines. Ceux qui ont bu du jus de canneberge ont eu moins d’épisodes d’IVU que le groupe témoin (15).

Une autre étude a montré que la consommation de produits à base de canneberges peut réduire le nombre d’infections urinaires au cours d’une année, en particulier chez les femmes qui ont des infections urinaires récurrentes (16).

Une étude réalisée en 2015 a montré qu’un traitement avec des capsules de jus de canneberge équivalant à deux portions de jus de canneberge de 8 onces pouvait réduire de moitié le risque d’infection des voies urinaires (17).

Cependant, d’autres études suggèrent que le jus de canneberge pourrait ne pas être aussi efficace dans la prévention des infections urinaires.

Un examen a porté sur 24 études comptant un total de 4 473 participants. Bien que certaines études de moindre envergure aient révélé que les produits à base de canneberges pouvaient réduire la fréquence des infections urinaires, d’autres études de plus grande envergure n’ont trouvé aucun avantage (18).

Bien que les preuves soient mitigées, le jus de canneberge peut être utile pour réduire le risque d’infections urinaires.

N’oubliez pas que ces avantages ne s’appliquent qu’au jus de canneberge non sucré, plutôt qu’aux marques commerciales sucrées.

4. Prenez un probiotique

Les probiotiques sont des micro-organismes bénéfiques qui sont consommés par le biais d’aliments ou de suppléments. Ils peuvent favoriser un équilibre sain des bactéries dans votre intestin.

Les probiotiques sont disponibles sous forme de suppléments ou peuvent être trouvés dans les aliments fermentés, comme le kéfir, le kimchi, le kombucha et le yogourt probiotique.

L’utilisation des probiotiques a été liée à tout, de l’amélioration de la santé digestive à l’amélioration de la fonction immunitaire (19, 20).

Certaines études montrent également que certaines souches de probiotiques peuvent réduire le risque d’infections urinaires.

Une étude a révélé que Lactobacillus, une souche probiotique courante, aidait à prévenir les infections urinaires chez les femmes adultes (21).

Une autre étude a révélé que la prise de probiotiques et d’antibiotiques était plus efficace pour prévenir les infections urinaires récurrentes que l’utilisation d’antibiotiques seuls (22).

Les antibiotiques, principale ligne de défense contre les infections urinaires, peuvent perturber les niveaux de bactéries intestinales. Les probiotiques peuvent être bénéfiques pour restaurer les bactéries intestinales après un traitement antibiotique (23).

Des études ont montré que les probiotiques peuvent augmenter les niveaux de bonnes bactéries intestinales et réduire les effets secondaires associés à l’utilisation des antibiotiques (24, 25).

5. Adoptez ces habitudes saines

La prévention des infections des voies urinaires commence par l’adoption de quelques bonnes habitudes en matière de salle de bains et d’hygiène.

Tout d’abord, il est important de ne pas retenir l’urine trop longtemps. Cela peut entraîner une accumulation de bactéries, entraînant une infection (26).

Pisser après les rapports sexuels peut également réduire le risque d’infections urinaires en empêchant la propagation des bactéries (11).

De plus, les personnes sujettes aux infections urinaires devraient éviter d’utiliser des spermicides, car ils ont été associés à une augmentation des infections urinaires (27).

Enfin, lorsque vous allez aux toilettes, assurez-vous d’essuyer de l’avant vers l’arrière. L’essuyage de l’arrière vers l’avant peut causer la propagation de bactéries dans les voies urinaires et est associé à un risque accru d’infections urinaires (28).

6. Essayez ces suppléments naturels

Plusieurs suppléments naturels peuvent diminuer le risque de développer une IVU.

Voici quelques suppléments qui ont été étudiés :

  • D-Mannose : Il s’agit d’un type de sucre que l’on trouve dans les canneberges et qui s’est révélé efficace pour traiter les infections urinaires et prévenir leur récurrence (29).
  • Feuille de busserole : Aussi connu sous le nom d’uva-ursi. Une étude a montré qu’une combinaison de feuilles de busserole, de racines de pissenlit et de feuilles de pissenlit diminuait la récurrence des infections urinaires (30).
  • Extrait de canneberge : Comme le jus de canneberge, l’extrait de canneberge agit en empêchant les bactéries d’adhérer aux voies urinaires.
  • Extrait d’ail : Il a été démontré que l’ail possède des propriétés antimicrobiennes et qu’il peut bloquer la croissance des bactéries pour prévenir les infections urinaires (32, 33).

L’essentiel à retenir

Les infections urinaires sont un problème courant et peuvent être frustrantes à traiter.

Cependant, rester hydraté, adopter de saines habitudes alimentaires et compléter votre alimentation avec des ingrédients qui combattent l’infection urinaire sont de bons moyens de réduire le risque d’en prendre.

Laisser un commentaire